Edito

 
 

Mars - Avril - Mai 2015

À quoi sert un maire ?

La lecture du projet de loi NOTRe ne peut qu'engendrer des inquiétudes sur l'avenir des communes rurales. Pourtant, comme le rappelait l'association des maires de France, la commune est le lieu du vivre-ensemble, et c'est à cet échelon de proximité que se résolvent beaucoup des problèmes que notre société génère. Affaiblir les communes en leur retirant des compétences et les étouffer financièrement est plus qu'une erreur, c'est une faute.

Le maire reste l'élu le plus proche et le plus apprécié du citoyen : nous ne ménageons ni notre temps, ni nos efforts pour désamorcer les conflits et régler les tracasseries quotidiennes, nous sommes garants du lien social. Notre rôle est fondamental dans le maillage cohérent et équilibré du territoire. Tout en étant résolument favorable à l'intercommunalité, nous revendiquons la liberté, pour chacun, de choisir et les compétences, et les formes de coopération qui doivent être mises en oeuvre.

Depuis les dix dernières années, les maires ont accepté des transferts de charges, des diminutions des dotations et subventions, des applications de milliers de normes parfois contradictoires entre elles, des modifications unilatérales de législation, des changements de repères territoriaux (nouveaux EPCI, nouveaux cantons, nouvelles régions) tout en étant, à tort, taxés de mauvais gestionnaires : la coupe est pleine ! 

Je n'ai pas peur d'affirmer que les maires et leurs équipes municipales sont les derniers remparts qui protègent les valeurs de la République. Ne pas respecter notre travail va conduire à l'effondrement de la démocratie. Il faut que l'État écoute et entende les élus locaux avant qu'il ne soit trop tard !
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 Historique

 
 

Septembre - Octobre 2014

Merci de votre confiance !
 

Juillet - Août 2014

Maires élus ou réélus, quel bilan après 100 jours ?
 
 
 
 
 
 

Utilisateur

Mot de passe